Demande de candidature pour la formation : Interview de Joffrey, candidat à la certification Cléa au sein de l’Afec La Rochelle:

  • Ce input n'est pas visible sur la vue.

Mentions légales RGPD : Le responsable et les conseillers en formation de votre agence traitent les données recueillies pour pouvoir vous renseigner sur nos formations et prestations. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et pour exercer vos droits, reportez-vous à notre notice complète accessible sur notre site internet.

Demande de candidature pour le centre: Interview de Joffrey, candidat à la certification Cléa au sein de l’Afec La Rochelle:

  • Ce input n'est pas visible sur la vue.

Mentions légales RGPD : Le responsable et les conseillers en formation de votre agence traitent les données recueillies pour pouvoir vous renseigner sur nos formations et prestations. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et pour exercer vos droits, reportez-vous à notre notice complète accessible sur notre site internet.

Recevez la documentation de la formation Interview de Joffrey, candidat à la certification Cléa au sein de l’Afec La Rochelle:

Mentions légales RGPD : Le responsable et les conseillers en formation de votre agence traitent les données recueillies pour pouvoir vous renseigner sur nos formations et prestations. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et pour exercer vos droits, reportez-vous à notre notice complète accessible sur notre site internet.

Affiner ma recherche

Éligibilité CPF

Affiner ma recherche

Accès handicapé

Organisme

Interview de Joffrey, candidat à la certification Cléa au sein de l’Afec La Rochelle:

Bonjour Joffrey, avant d’aborder CLEA, pourriez-vous me faire un bref résumé de votre parcours scolaire et professionnel ?

Après l’obtention d’un Bac ES en 2009, j’ai entamé un cursus en fac de psychologie avant de me réorienter vers une préparation au concours infirmier. En parallèle, je travaillais comme brancardier, ce qui m’a permis d’acquérir des bases solides en HACCP. Accompagné par la Mission locale de Voirons (38), j’ai participé en 2011 au forum des emplois saisonniers d’Albertville, point de départ de ma carrière dans l’hôtellerie, tout d’abord au Club Méditerranée comme responsable réclamations puis manager hébergement, pour ensuite travailler comme assistant gouvernant dans un hôtel 4 étoiles d’Annecy. Arrivé en Charente-Maritime avec ma compagne, également employée dans l’hôtellerie, en novembre 2015, j’ai repris un emploi de réceptionniste dans l’Ile de Ré 3 mois plus tard, après une prestation d’accompagnement dispensée par l’AFEC.

Comment vous avez eu connaissance du dispositif CLEA ?

 J’ai été recontacté par l’Afec en février, qui m’a proposé CLEA. Ayant un parcours atypique et seulement un diplôme d’enseignement général, CLEA me donnait l’occasion de faire le point sur l’ensemble de mes connaissances et compétences professionnelles, liée à une pratique avérée de plus de 5 ans dans l’hôtellerie, mais non reconnue par un diplôme.

Vous n’avez pas envisagé une validation des acquis ?

Je ne réunissais pas les critères pour entamer une VAE. Ayant occupé différents postes, je n’avais pas 36 mois d’expérience cumulée sur un même métier.

Quelles étaient vos attentes par rapport à CLEA ?

Mes attentes étaient avant tout l’obtention d’une certification reconnue par les branches professionnelles, dont l’hôtellerie. Je n’avais toutefois pas une idée précise de ce qui m’attendait.

Comment se sont déroulées les épreuves ?

J’ai trouvé le parcours des épreuves cohérent, mot qui définit le mieux mon ressenti. L’entretien de bilan est à mon sens très important pour connaître ce qui se cache derrière chaque domaine évalué et savoir quelle démarche adopter pour la formation. Le fait que ce soit une certification reconnue est également important, car il peut permettre à un futur employeur de déterminer plus précisément les besoins de formation pour une évolution professionnelle.

Quelle a été votre impression à l’issue de cette évaluation ?

Je me suis senti à mon aise sur les épreuves, aussi bien à l’écrit qu’à l’oral, car il est important d’évaluer ces deux domaines. J’avoue toutefois que j’ai ressenti un peu d’appréhension, même s’il ne s’agit pas d’un examen, mais bien d’une évaluation pour faire un point à un instant précis de mon parcours professionnel. L’individualisation des épreuves orales et la confidentialité des épreuves ont un côté rassurant, permettant de discuter facilement avec l’évaluateur, qui pour sa part cherche en permanence à valoriser le profil.

Un regret toutefois ; à l’heure de l’internalisation des échanges, il serait souhaitable d’évaluer les connaissances en langues étrangères et plus particulièrement l’anglais, car son usage est de plus en plus  fréquent et touche de nombreux secteurs d’activité. Pour moi, il s’agit d’une base de connaissance indispensable, quel que soit le métier.

Comment comptez-vous valoriser cette certification ?

Je souhaite mettre la certification CLEA en avant sur mon CV et la valoriser auprès de mes  employeurs. D’un point de vue objectif, je pense que cette certification, même si elle n’est pas validée en intégralité, peut constituer un atout pour se rassurer et rassurer un employeur.

J’en parle autour de moi et cette expérience positive suscite le débat, même si l’intérêt ne semble pas évident aux yeux de mes employeurs. En revanche, mes collègues sont plus sensibles au fait qu’une reconnaissance puisse être attachée à CLEA.

Si demain, je devais conduire des entretiens de recrutement, CLEA serait pour moi la garantie que le candidat en face de moi à un minimum de connaissances et de compétences de base. Je porterais notamment une attention particulière aux domaines à privilégier en fonction des profils recherchés.

Il faut que CLEA soit connu et imprime les esprits, pour qu’il soit pérennisé et valorisé par les professionnels.

Quels sont vos projets d’avenir ?

Je démarre la semaine prochaine un emploi saisonnier de réceptionniste dans un hôtel 4 étoiles de l’Ile de Ré. A terme, je souhaite continuer d’évoluer dans le monde de l’hôtellerie pour devenir directeur ou propriétaire d’un établissement 3, voire 4 étoiles, convivial.